Projet Breton

   
 

L’étymologie de Ploumoguer/Plonger

Plonger ou Ploñger ?
L’étymologie de Ploumoguer/Plonger ne souffre d’aucune difficulté.
La plus ancienne forme connue du nom remonte au XIe siècle : Pleb Macoer. Cette forme, ainsi que les nombreuses attestations répertoriées ensuite, montrent clairement la composition du nom. Le toponyme est formé du premier élément breton Plou-, qui désignait une paroisse primitive, c’est-à-dire la cellule fondamentale de l’organisation mise en place par les Bretons lors de leur installation dans la péninsule armoricaine, à partir du IVe siècle.

Le second composant n’est pas un nom de saint, comme souvent après Plou-, mais un nom commun. Il s’agit du breton Moger qui signifie « mur », sans doute en référence à une construction de pierres antérieure à l’arrivée des Bretons. Le même mot apparaît dans Gwimoger, noté Guymoguer au XVIe siècle, nom formé sur Gwig, qui désignait anciennement le bourg, le centre aggloméré de la paroisse.

Les deux composants du nom sont bien identifiables dans la forme archaïque administrative Ploumoguer. La forme bretonne correcte Plonger présente une évolution plus aboutie du nom, conforme à la prononciation locale en breton, avec fusion des deux premières syllabes en une seule : Plou + Moger a donné Plonger.

En breton, un –g se prononce toujours dur devant une voyelle, y compris devant –e. Ajoutons que la forme bretonne Ploñger que l’on rencontre parfois avec un –ñ n’a pas lieu d’être. En effet, il est inutile d’indiquer la présence d’un –o nasalisé (« on ») puisqu’en breton un –n orthographié devant un –g ou devant un –k induit de toutes façons une prononciation nasale. Il en est ainsi pour les mots communs (Ex. : Trenk, Sankañ, Sanglenn, Mengleuz, Langaj…) comme pour les noms de lieux : voir ainsi Konk-(Leon), la forme bretonne du nom de la localité voisine du Conquet

Téléchargement du fichier : L’hymme national Breton

Le Bro gozh ma zadoù, l’hymne de la nation bretonne… « 
Origines : Le Bro gozh ma zadoù est l’hymne national breton.
L’air est inspiré de l’hymne de nos cousins gallois (1856), mais les paroles sont de François Jaffrenou rédigées en 1898.

Bro Gozh ma Zadoù (Traditionnel)  Bro Gozh ma Zadoù (Version Rock de Tri Bleiz)  

Paroles en breton (Komzioù e brezhoneg)
Ni, Breizhiz a galon, karomp hon gwirVro!
Brudeteo an Arvor drearbedtro-do.
Dispontkreizarbrezel, hon tadoùkenmad,
A skuilhaseviti o gwad.

Refrain
O Breizh, ma Bro, me ‘gar ma Bro.
Tra ma vo mor ‘vel mur ‘n hezro.
Ra vezodigabestr ma Bro !

Breizh, douar ar Sent kozh, douar arVarzhed,
N’eus bro all a garankement ‘barzharbed,
Pep menez, pep traonienn, d’am c’halon zokaer,
Ennekouskmeur a Vreizhadtaer !

Refrain
Ar Vretoned ‘zotudkalet ha kreñv;
N’eus poblkenkaloneg a zindan an neñv,
Gwerztrist, son dudius a ziwaneno,
O! pegenkaerec’h out, ma Bro!

Refrain
Mar d’eo bet trec’het Breizh er brezelioùbraz,
He yezh a zobepredkenbeo ha bizkoazh,
He c’halon birvidik a lamm c’hoazh ‘n he c’hreiz,
Dihunet out bremañ, ma Breizh !

Association S Kemm
2, rue de Verdun Ploumoguer
Paroles en français (Komzioù e galleg)
Nous Bretons de coeur, nous aimons notre vrai pays!
L’Arvor est renommée à travers le monde.
Sans peur au coeur de la guerre, nos ancêtres si bons
Versèrent leur sang pour elle.

O Bretagne, mon pays, que j’aime mon pays
Tant que la mer sera comme un mur autour d’elle.
Sois libre, mon pays!

Bretagne, terre des vieux Saints, terre des Bardes,
Il n’est d’autre pays au monde que j’aime autant;
Chaque montagne, chaque vallée est chère dans mon coeur.
En eux dorment plus d’un Breton héroïque!

Les Bretons sont des gens durs et forts;
Aucun peuple sous les cieux n’est aussi ardent;
Complainte triste ou chant plaisant s’éclosent en eux.
O! Combien tu es belle, ma patrie!

Si autrefois Bretagne, tu as fléchi durant les guerres,
Ta langue est restée vivante à jamais,
Son coeur ardent tressaille encore pour elle.
Tu es réveillée maintenant ma Bretagne!

skemm.29810@gmail.com